Decideo - Actualités sur le Big Data, Business Intelligence, Data Science, Data Mining

Gouverner sa donnée : le processus et la pratique

Gouverner sa donnée est une nécessité réglementaire certes mais aussi économique. Pour que cela ne devienne pas un sacerdoce, il existe un processus et une pratique à mettre en œuvre. Sachons adapter notre gouvernance aux usages des collaborateurs pour garantir l'exploitation de la donnée en toute confiance. Avec la prolifération des données recueillies ou produites en entreprise, stockées dans les bases de données décisionnelles, les applications ou le cloud, l'on s'aperçoit que les opportunités d'analyses mais également les besoins de traitement émis par les métiers et les organisations ne font que croître. Alors que les utilisateurs réclament toujours plus d'autonomie dans l'exploration et l'usage de la data, un conflit entre les attentes et les questions cruciales de gouvernance se dessine. D'un côté, une forte volonté de renforcer ses qualités data driven et de se différencier, des espoirs d'innovation qui reposent tout à la fois sur les analyses à…

Avec Qlik, nous sommes la plus grande plateforme d'analyse indépendante

Le marché de l'analytique a fait la une de nombreux médias ces derniers jours, d'abord avec l’annonce du rachat de Looker par Google, puis avec Tableau qui se retire du marché pour rejoindre Salesforce. Pour ceux qui suivent de près cette industrie, ce n'est pas une surprise. Personnellement, je me réjouis de cette nouvelle. Les entreprises sont assises sur d’immenses quantités de données et réclament à grands cris une meilleure utilisation stratégique de ces dernières dans l'ensemble de leurs activités. Cela signifie être capable d'accéder, de gérer et d'analyser ces données à grande échelle et en temps réel. Les récents développements de Qlik avec l’acquisition d’Attunity et le lancement de Data Catalyst nous ont permis de mettre sur le marché de l’analytique la seule plateforme d’analyse et de gestion des données de bout en bout. Désormais, nous sommes la plus grande plateforme d'analyse indépendante. C'est un important différenciateur pour nos…

Des statistiques traditionnelles à la Data Science : plus qu’un simple rebranding !

« Datascience is statistics on a Mac ». Au-delà de la caricature portée par cette affirmation, l’idée que la « data science » se veut ni plus ni moins qu’un « rebranding » des statistiques est aujourd’hui partagée par de nombreux ingénieurs en statistiques, jusque-là simplement présentés comme tels... Karl Borman, professeur de statistiques de l’université du Wisconsin la rejette ainsi : « La Data Science, c’est les statistiques. Quand les physiciens font des mathématiques, ils ne disent pas qu’ils font de la science des nombres. Ils font des maths. ». Si la critique est intéressante et audible, il n’en demeure pas moins que l’appellation « data science » a pourtant de solides raisons d’exister, et que les 1ers à avoir appelé à élargir les statistiques en une science des données ne sont ni plus ni moins que des statisticiens de renommée, il y a de cela un demi-siècle ! Dans un article de 1962, John Turkey, célèbre statisticien américain,…

« L’infobésité », une vraie menace pour l'environnement et… pour les entreprises !

Identifier le segment de clientèle qui aura le plus d'appétence pour un nouveau produit d'assurance ou sélectionner les consommateurs en ligne qui recevront un bon d'achat. De telles taches sont effectuées chaque jour dans des centaines – des milliers ? – d'entreprises dans le monde. À chaque fois, une base de données est dupliquée en tout ou partie pour que des logiciels puissent analyser, traiter les données et produire les résultats. Ceux-ci seront ensuite stockés avec le jeu de données quelque part, sur un serveur dans le Cloud ou dans le système d'information de l'entreprise. Autant de données qu'il faut dupliquer, sauvegarder, qui consomment de l'énergie, de la main d'œuvre et des équipements. Le numérique, un secteur très énergivore On stigmatise des secteurs d'activité comme le transport aérien ou l'automobile pour leurs émissions de CO2 et leur consommation d'énergie. En revanche, peu savent que le numérique est en train de devenir l'un des premiers…

Intelligence Artificielle, machine à fantasmes : Luc Julia revient sur sa vision de l'IA

Luc Julia est vice-président de l’innovation au sein de Samsung. Il est connu du grand public pour avoir co créé Siri, le célèbre assistant vocal de l’iPhone. Dans son livre L’intelligence artificielle n’existe pas paru aux éditions First, il a tenu à proposer une lecture « anti fantasmes » sur l’IA, en expliquant de manière accessible tout ce qu’est l’IA et surtout ce qu’elle n’est pas. Il interviendra dans le cadre du salon AI PARIS 2019. Vous avez dédié votre carrière à l’intelligence artificielle : quel est le plus grand défi que vous ayez eu à relever jusqu’à présent et quel est le plus grand défi que vous aimeriez pouvoir, à terme, relever? Le défi, qui est le même depuis le début et restera, je l’espère, le même jusqu’à la fin, c’est de faire en sorte que les technologies soient accessibles au plus grand nombre. Donc mon défi est de créer une machine, des outils accessibles au plus grand nombre et d’une manière…

Nozha Boujemaa décrypte les enjeux de l'IA de confiance

NOZHA BOUJEMAA est Chief Science & Innovation Officer chez MEDIAN TECHNOLOGIES Mme Boujemaa est membre du AI HLEG, groupement d’experts de haut niveau sur l’IA auprès de la commission européenne. Elle a participé à la conception de la Charte éthique européenne pour une IA de confiance, présentée pour la première fois en janvier dernier. Elle interviendra dans le cadre du salon AI PARIS 2019. 1/ IA ET ETHIQUE : DES FONDAMENTAUX AUX COULISSES D’UN MOUVEMENT EN PLEINE STRUCTURATION Le développement d’une Intelligence Artificielle explicable et responsable s’impose comme LE sujet de cette année 2019… Quelle définition faites-vous aujourd’hui de ce sujet ? Pouvez-vous nous en dire plus sur les coulisses de cette révolution en cours ? Tout d’abord, je préférerais mettre en avant une intelligence artificielle de confiance et responsable plutôt qu’explicable. Une intelligence artificielle de confiance inclut un certain nombre de propriétés telles que…

Intelligence artificielle et agriculture

Gérald Germain est fondateur - CEO de Carbon Bee & Carbon Bee AgTech, une jeune entreprise française spécialisée dans le développement de solutions d’imagerie agronomique pour la santé des plantes. Il interviendra dans le cadre du salon AI PARIS 2019. Carbon Bee est aujourd’hui reconnu pour sa solution reposant sur un capteur hyperspectral couplé à un logiciel basé sur le Deep Learning pour interpréter les images des plantes. Dispositif qui permet de lutter contre les maladies, de réduire l’usage des intrants et d’avoir un pilotage ultra précis des cultures. D’après Research and Markets, le marché de l’IA appliqué au secteur agricole devrait atteindre 2,5 milliards de dollars d’ici 2025… Peut-on parler aujourd’hui d’une généralisation de l’IA appliquée à l’agriculture ? Une généralisation de l’intelligence artificielle, c'est peut-être un peu présomptueux. Il y a une généralisation de l’informatique, une informatisation de…

Mauvais usage des données : un manque à gagner

Les données rendent possible la prise de décision assistée par ordinateur, l’automatisation, l’optimisation des activités, et elles aident à préparer les entreprises à leur transformation numérique. Pourtant, à l’échelle internationale, 60% des décideurs liés aux données et à l’analytique affirment que leur entreprise dispose de 100 téraoctets de données ou plus, et qu’ils peinent à faire face à cette surabondance d’informations. Des études ont montré que 80% des données dans le monde ne sont pas structurées et demeurent coincées dans des systèmes de gestion d’informations d’entreprise (EIM). Ces données comprennent les informations produites en continu par diverses sources, telles que les réseaux sociaux, l’IoT et autres outils intelligents, les e-mails, les messages vocaux, les présentations, les dépositions légales, les pages Web, ou encore les vidéos. Le contenu non structuré, seul ou associé à des données structurées, peut être…

Quel avenir pour l’entreprise connectée ?

Les puissantes évolutions technologiques qui nous touchent en tant que consommateurs modifient fondamentalement la façon dont nous interagissons avec les entreprises, créant une période de profonde transformation digitale. Les exemples ne manquent pas. Il suffit de considérer la manière dont la musique est désormais consommée (Spotify®, Pandora®, Sonos), comment nous gérons nos maisons (Amazon® Alexa, Google® Home, Apple® HomePod), comment nos enfants utilisent leurs ordinateurs, tablettes ou smartphones (en guise de passerelle vers l’information plutôt que comme un contenant pour l’information elle-même) ou encore comment nous échangeons avec nos amis et les membres de notre famille… Maintenant, imaginez que nous puissions utiliser ces technologies de façon transparente pour révolutionner notre façon de travailler. C’est ce que signifie la transformation digitale pour nombre d’entreprises et en cela, elle permet d’éliminer les obstacles qui limitent…

Marketeurs : sans big data et prédictif point de salut

Pour les aider dans leurs missions, les directions marketing et commerciales peuvent aujourd’hui utiliser le Big data et le prédictif. Ces technologies permettent d’exploiter la donnée, à des fins d’identification de leads, d’opportunités, de personnalisation des offres, d’anticipation de consommation, de churn ou d’optimisation de campagnes. Sans ces outils, les entreprises ont toutes les chances de se faire distancer par celles qui ont fait le choix de ces solutions. Si 90% des entreprises françaises sont conscientes de l’importance de la donnée pour produire mieux, plus vite et de façon optimale, seules 48% ont recours au big data et 9% aux outils prédictifs (étude d’IDC, 2018). Pourtant les directions métiers et notamment les directions marketing et commerciales réclament l’intégration de ces technologies dans leur process pour identifier les leads, repérer les opportunités, personnaliser les offres, anticiper la consommation, le churn, optimiser le…

Pour briser les silos, remettez le client au cœur de votre organisation

Depuis de nombreuses années, la suppression des silos est une priorité majeure et un sujet de discussion essentiel pour les entreprises qui peinent encore aujourd’hui à en venir définitivement à bout. Identifié pour la première fois en 2005, le problème n’a cessé de gagner en ampleur depuis. En 2017, une étude publiée par la revue MIT Sloan Management Review révélait en effet que 51 % des sociétés traditionnelles souffraient d’une organisation en silos, tandis que 28 % seulement avaient opéré avec succès leur transformation numérique. Et si la clé pour venir définitivement à bout des silos résidait dans la clientèle ? Le monde de l’entreprise a beaucoup évolué depuis la révolution des ventes et du marketing en faveur de l’engagement, de la fidélisation et de la conquête de la clientèle. Les DSI ont désormais conscience de la nécessité d’une véritable expérience sur l’ensemble des canaux, ce qui implique l’optimisation et…

Partage de données : pilier de l'entreprise de demain

En partageant leurs données de façon massive, les entreprises dynamisent leur activité et ouvrent la voie à de nombreuses innovations. L'un des enjeux majeurs auquel sont confrontées les entreprises consiste à repenser le fonctionnement en silos. Entretenir une culture des silos empêche la rencontre des différents services et une bonne circulation de l'information entraînant ainsi des pertes de performance. Ce fonctionnement, basé sur des processus stricts, restreint fortement le partage de l'information et entraîne une déperdition d'énergie à tous les étages de l'entreprise. Insuffler une culture de partage de la donnée et accélérer leur circulation en interne, permettrait aux collaborateurs d'utiliser cette donnée au quotidien pour travailler plus efficacement. Véritable attente de la nouvelle génération, le temps de la boîte à idées à la machine à café est révolu, les millennials[1]veulent un accès rapide et complet à l'information au même titre que…

RGPD, bilan 1 an après : hausse significative des amendes et du nombre d’atteintes à la protection des données

Beaucoup d'études ont montré que la majorité des entreprises ne seraient pas conformes au RGPD le 25 mai 2018, ce qui a conduit les professionnels de la protection de la vie privée à envisager le pire… Voici un état des lieux de la réglementation un an après son entrée en vigueur : Les Pays-Bas ont enregistré le plus grand nombre de cas de failles de données A l’heure actuelle, le Comité européen de la protection des données (CEPD), l'organe de l'UE chargé de l'application du RGPD, n'a toujours pas élaboré de normes officielles pour préciser comment les autorités de protection des données indépendantes de l'UE doivent communiquer publiquement leurs statistiques spécifiques sur le RGPD. Cela rend, par conséquent, la collecte et l'analyse des données sur le respect de la législation difficiles. Au cours de ces derniers mois, un certain nombre d'autorités de protection des données européennes ont confirmé que le nouveau règlement a entraîné une…

Peut-on faire de l’IA et respecter le RGPD ?

Il est des dilemmes complexes et celui du traitement de la donnée dans le cadre du RGPD en est un pour les data data scientists et data analysts. Comment collecter, traiter, archiver et stocker la donnée dans le respect du règlement européen. Pour s’en assurer, les entreprises doivent repenser leur organisation et déployer les solutions et les techniques ad hoc. Sans cette transformation, les experts de la donnée ne pourront l’exploiter pleinement et gagner en productivité. Un an après la mise en application du RGPD, comment les entreprises gèrent-elles les données à caractère personnel ? Ce nouveau cadre réglementaire est-il source de ralentissement du traitement de la donnée ? Selon certains témoignages, des équipes de data scientists et data analysts éprouvent aujourd’hui bien des difficultés à naviguer dans ce nouveau cadre législatif, au point de voir une incompatibilité entre RGPD et traitement de la donnée. Pourtant, en vertu du RGPD, les personnes…

Gestion des données : Une vie entière pour construire, une seconde pour détruire

Selon vous, qu’est ce qui est le plus précieux : toutes les usines Coca-Cola du monde ou l’image de la marque ? Si vous choisissez la seconde option, vous avez raison ! L’image d’une marque est son atout le plus important et les dernières régulations et lois en matière de données supposent une mise en conformité sans quoi les entreprises prennent le risque d’entacher cette image de marque. Il semble donc être opportun de faire le point sur les priorités et les impératifs que doivent mettre en place les organisations à l’ère de la régulation des données. Cette adaptation sera vitale non seulement pour protéger les données des clients mais également pour la réputation des marques. La priorité est à la confidentialité Les entreprises qui ne font pas de la confidentialité et de la protection des données une priorité prennent des risques financiers pouvant entrainer des dommages sévères, à la fois en termes de bénéfices mais surtout d’image. Les…

Premier anniversaire du RGPD : Quel bilan tirer ?

Pour être conforme au Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), entrée en vigueur il y a un an, les entreprises doivent répondre aux demandes d'accès, aux exigences de portabilité, aux demandes de droit à l'oubli et autres éléments réglementaires. Mais pour ce faire, elles doivent savoir où se trouvent ces données, qui y a accès et pourquoi. Bien que cela devrait être une priorité, nos recherches récentes ont montré que 90 % des DSI et des RSSI ont déjà fait des compromis de sécurité et notamment en renonçant à faire des mises à jour ou des correctifs de sécurité importants. De même, plus du tiers des sondés (35%) estiment que ces compromis pourraient conduire à une perte de données clients. Dans un contexte où le nombre et la complexité des cyberattaques augmentent de concert, il est crucial que les équipes de sécurité et d'exploitation unissent leurs efforts pour comprendre où se trouvent les données dans leur organisation,…

Automatisation des processus métiers par l’Intelligence Artificielle : le cloud et le big data nous ouvre un monde infini d’opportunités

Il y a 30 ans, Yooz s’appelait Informatique et Technologies Avancées et collaborait déjà avec le Laboratoire informatique de l’école d’ingénieurs de Nîmes, l’EERIE, désormais intégré à L'École nationale supérieure des mines d'Alès. La technologie et la collaboration avec la recherche académique pour rester à la pointe font partie de la carte génétique de Yooz et de la vision de son fondateur, Didier Charpentier. C’est ainsi qu’en 1990, nous avons pu proposer une technologie innovante à l’époque, les Réseaux de Neurones, pour répondre à une entreprise de travaux publics qui souhaitaient faciliter la saisie de rapports d’activité par des personnes peu accoutumées à l’outil informatique. Les Réseaux de Neurones offraient de nouvelles perspectives en reconnaissance automatique de l’écriture. A partir de là, nous avons pu réaliser un progiciel de lecture automatique de formulaire. Pionnier sur ce marché, nous avons alors rencontré des…

RGPD un an après : ce que l’on a appris

Le 25 mai, les entreprises qui traitent les données personnelles des résidents de l’UE célèbreront le premier anniversaire de l’application du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Les deux années qui ont précédé la date de mise en application de 2018 ont vu une ruée sans précédent d’entreprises examinant et modifiant leurs pratiques pour essayer d’entrer en conformité avec le RGPD et éviter une amende potentielle allant jusqu’à 4 pour cent du chiffre d’affaires mondial. Ces douze derniers mois, cette ruée a cédé sa place à un rythme plus prudent et délibéré à mesure que les régulateurs élaborent leur processus d'examen des centaines de milliers de plaintes qui ont déjà été déposées. A ce jour, il n’y a eu que très peu d’actions répressives, entraînant des amendes relativement faibles, à mesure que les régulateurs se penchent sur le RGPD et sur les moyens les plus efficaces pour l’appliquer. Lors d’une table…

Le passage du statut de propriétaire à celui de dépositaire des données

À l’approche du 25 mai, date du premier anniversaire du règlement général européen sur la protection des données (RGPD), nous aurions pu penser que l'état de la confidentialité des données serait différent par rapport à la même période il y a 1 an... Au cours de l’année, nous avons été témoins d’exemples d'atteintes à la protection des données très médiatisées, mais nous n'avons pas encore vu les autorités européennes disposer de leurs nouveaux pouvoirs réglementaires pour imposer des sanctions maximales aux multinationales qui ne respectent pas le RGPD. Cependant, tandis que les entreprises continuent à collecter des quantités astronomiques de données, l'année écoulée a marqué un tournant dans leur politique de confidentialité. Les entreprises du monde entier se sont hâtées de respecter la date limite de mai 2018. Les organismes de réglementation européens ont embauché du personnel supplémentaire et ont commencé à tester…

L’intelligence artificielle est-elle une technologie en avance sur son temps ?

Il est très facile d’oublier à quoi ressemblait un monde sans iPhone. Pourtant aujourd’hui, il est impossible de se promener dans la rue sans voir plusieurs personnes qui semblent comme envoutées par leur smartphone. Avant l’iPhone, d’autres appareils ont été précurseurs, à commencer par le BlackBerry qui permettait à la fois d’appeler, envoyer des emails et fixer des rendez-vous. A cette époque, les consommateurs ne s’imaginaient pas que l’on puisse leur proposer davantage. Et pourtant, quelques années plus tard, Steve Jobs et ses équipes réinventaient la téléphonie, en créant un mini-ordinateur de poche, pouvant également faire office d’appareil photo voire même d’assistant personnel. Désormais considéré comme un standard, l’iPhone ne s’est pourtant pas imposé du jour au lendemain auprès des consommateurs. Plusieurs facteurs auraient d’ailleurs pu menacer son adoption. Parier sur un téléphone sans clavier à un prix très élevé était…

Le traitement visuel de la data : sommes-nous aussi intelligents que des chimpanzés?

Peut-on renforcer notre intelligence au point d'atteindre certaines capacités du chimpanzé, et optimiser ainsi notre prise de décision ? Il existe de nombreuses formes d'intelligence. Le calcul du QI valorise principalement l'intelligence logico-mathématique, mais il existe également l'intelligence spatiale, l'intelligence interpersonnelle ou encore l'intelligence rythmique. Qu'en est-il du traitement visuel hyper rapide ? C'est une compétence que détiennent par exemple les chimpanzés, développée pour favoriser la survie en milieu hostile et que nous avons perdue, au profit du langage. Si la technologie nous rendait cette capacité, serait-ce une révolution dans la prise de décision contextualisée et l'analytique ? Sans aucun doute.

Comment l’IA peut donner un second souffle aux commerces physiques

Les consommateurs dépensent de plus en plus d’argent en ligne. En effet, on prévoit que le cap historique des 100 milliards d’euros de ventes en ligne en France sera dépassé en 2019,[1] il est donc légitime de douter de la pérennité des commerces physiques. En dépit d’un contre-mouvement en faveur des entreprises locales, de nombreux grands détaillants faiblissent considérablement. Très récemment, ce ne sont pas moins de neuf Castorama et deux Brico Dépôt en France qui ont fermés suite au déclin de la fréquentation et des achats des clients dans leurs magasins physiques. Cependant, les consommateurs apprécient encore de faire leurs achats dans les magasins physiques. Il n’y a d’ailleurs aucune raison que cela change du jour au lendemain. En effet, pour les consommateurs, l’expérience sensorielle reste nécessaire pour certains articles qui nécessitent d’être vus, touchés et essayés avant d’être achetés ; avec en première ligne les produits…

IA inclusive versus IA exclusive : quelle stratégie adopter ?

A l’heure où toutes les entreprises s’intéressent à l’intelligence artificielle, nombreuses sont celles à s’interroger sur la meilleure façon de procéder. Faut-il confier ces projets aux experts ou inclure tous les collaborateurs. La stratégie IA doit elle être inclusive ou exclusive ? Point sur les deux modes opératoires qui présentent des avantages et des inconvénients. L’IA doit-elle être exclusive, c’est-à-dire réservée à quelques érudits, ou doit elle être inclusive, c’est-à-dire partagée par tous ? En d’autres termes doit-elle être confiée à des équipes d’experts chargées de travailler seules dans leur coin sur des projets spécifiques, ou doit-elle inclure tous les collaborateurs, chacun apportant ses compétences pour œuvrer à un but commun ? Telle est la question qui anime aujourd’hui de nombreuses entreprises qui s’interrogent non seulement sur la meilleure façon de procéder mais aussi sur les conséquences de l’IA sur…

GDPR : 1 an après

Un an après l’instauration du Règlement Général sur la Protection des Données (GDPR), toutes les entreprises devraient avoir fait le nécessaire pour analyser leurs données afin de répondre rapidement aux exigences d’accès formulées par le GDPR... Mais la réalité est toute autre. La plupart des entreprises n’ont fait que le strict minimum en matière de traitement et de stockage des données. Pour résumer, elles ont principalement appliqué le Règlement de deux façons. Premièrement, en supprimant les données obsolètes. Deuxièmement, en créant des formulaires de consentement sur Internet qui demandent aux utilisateurs d’autoriser – ou non – la collecte et l’utilisation de leurs données. Plutôt que de revoir et d’adapter leur stratégie de gestion des données, ces entreprises se sont donc contentées d’agir de façon à éviter tout problème juridique. Cette approche très simplifiée de la protection des données s’explique probablement par le…