FinCEN Files : Une nouvelle fois, Neo4j permet à l'ICIJ de mettre à jour un scandale financier

Rédigé le 18/11/2020
Communiqué de Neo4j

Après les Swiss Leaks, les Panama Papers et les Paradise Papers, le Consortium International de Journalistes d'Investigation (ICIJ) a de nouveau utilisé Neo4j, le leader de la technologie des bases de données de graphes, pour traiter des millions de données et révéler un nouveau scandale financier.

Neo4j, leader des bases de données de graphes, revient sur l'utilisation de sa technologie par le Consortium International de Journalistes d'Investigation (ICIJ) qui a permis de mettre en lumière les FinCEN Files, le scandale qui éclabousse actuellement le secteur bancaire à l'échelle mondiale.

Dimanche 20 septembre, le Consortium International de Journalistes d'Investigation a dévoilé les résultats des FinCEN Files, une enquête menée par plus de 400 journalistes à travers le monde qui révèle le rôle des banques mondiales dans le blanchiment d'argent et la fraude fiscale à l'échelle industrielle.

En collaboration avec BuzzFeed News et 108 autres partenaires médias dans 88 pays, l'ICIJ a passé 16 mois à organiser et analyser les documents collectés.

Cette enquête a permis de révéler 2 000 milliards de dollars de fonds/transactions douteux, sur la période allant de 1999 à 2017 (18 ans). À titre de comparaison, à ce jour, les Panama Papers ont révélé 2 milliards de dollars d'évasion fiscale douteuse entre 1970 et 2016 (46 ans). L'ampleur de la fraude révélée par les FinCEN Files est donc 10 fois Iont nous voyons les résultats se développer dans l'actualité. L'ICIJ a utilisé la base de données de graphes Neo4j et l'outil de visualisation de son partenaire Linkurious, pour visualiser et explorer les 400 feuilles de calcul des FinCEN Files contenant des données sur 100 000 transactions. Ces outils faisaient partie des nombreux moyens permettant de reconstituer une image nuancée d'un système défaillant.

Avec Neo4j, l'ICIJ a pu construire un graphe de connaissances qui a rassemblé ces fichiers hétérogènes et disparates pour identifier les relations entre les données - en l'occurrence les sociétés écrans, les réseaux de blanchiment d'argent, les mandataires - au sein de ce système. Les bases de données de graphes sont un moyen unique de révéler et de permettre aux enquêteurs de suivre les mouvements d'argent des sociétés écrans contenus dans les données et d'identifier l'existence de fraude ou d'évasion fiscale.